Raphy, artiste peintre
Esquisse d’un rapprochement entre la peinture de RAPHY
et la musique de MESSIAEN par Françoise Wolf

INTRODUCTION

Olivier MESSIAEN (1908-1992), dont on a fêté tout au long de l’année 2008 le centenaire de la naissance, est un des plus importants musiciens du 20° siècle et universellement reconnu dans le monde musical. Il a non seulement écrit de très nombreuses œuvres pour divers instruments et constellations, mais encore enseigné au conservatoire de Paris pendant de longues années. Quelques-uns de ses élèves, tels Pierre Boulez, Jacques Casterède, Michael Levinas sont eux-mêmes devenus des compositeurs et interprètes célèbres.

J’ai fait connaissance avec la musique de Messiaen - je l’ai vu pour la première fois sur la scène du Théâtre des Champs Elysées à Paris dans les années 1960 - lorsque j’étais encore lycéenne et assistais aux concerts des « Musigrains » de l’époque. Messiaen est donc présent dans ma culture musicale depuis ma jeunesse et je n’ai cessé de découvrir ses œuvres par l’écoute des disques, émissions de radio, par la lecture également d’ouvrages sur ce compositeur.

 

RAPHY est un peintre contemporain né en France en 1926, d’origine arménienne, dont la pratique autodidacte de son art s’est déroulée parallèlement à sa vie professionnelle. Remarqué par les critiques d’art dès sa première exposition à Paris en 1972, il expose depuis cette date régulièrement non seulement dans la capitale mais aussi en province. Il a reçu de nombreuses récompenses et distinctions, toutefois sa notoriété ne dépasse pas le cadre de la France.

Les circonstances qui m’ont amenée à la découverte de Raphy sont tout autres que pour Messiaen. Elle a été possible, tout à fait par hasard, grâce à une affiche qui a attiré notre attention, celle de mon mari et la mienne, lors de nos vacances annuelles à La Baule au début des années 1980. Cette rencontre a déterminé une relation personnelle avec l’artiste à qui nous rendons régulièrement visite dans son atelier, relation d’amitié qui dure depuis bientôt trente ans.

Si les deux artistes appartiennent presque à la même génération, ils ne se sont jamais rencontrés, et si Raphy connaît et apprécie la musique de Messiaen, il est bien entendu que Messiaen, lui, n’a probablement jamais entendu parler de Raphy, ni vu un de ses tableaux. En conséquence, il peut paraître complètement incongru de vouloir les comparer ou du moins de mettre en rapport certains éléments de leur création artistique respective. Pourtant, cette idée m’est venue au cours de ces cinq dernières années en regardant et observant les tableaux de Raphy (nous possédons quelques-unes de ses toiles) et à chaque fois l’association de la peinture de l’un et de la musique de l’autre s’est imposée spontanément. Je vais tenter ci-après d’expliquer et de justifier cette impression purement personnelle.

1 — L’INTENTION DE CHACUN DES ARTISTES, LE BUT DE LEUR CREATION ARTISTIQUE



www.raphy.fr Mise à jour le 22/0/2012